23 décembre 2015

Fait divers dans les étoiles

adshk-reve--ciel-etoiles-425x286"Il était environ minuit quand un sommier s'est engagé en sens inverse sur la voie lactée. Une famille d'édredons, de retour de voyage dans l'espace y aurait laissé des plumes. Selon les dires des oreilles, le sommier aurait fait la fête et bu beaucoup de goutelettes de firmaments. Ayant les ressorts complètements détendus, ce fut la catastrophe. Les étoiles, dans l'espace, essayaient de l'encadrer pour reprendre la bonne voie. Les édredons, en colère d'avoir perdu leurs plumes, voulaient le corriger. Mais sur la voie lactée, un petit nuage de douceur s'est déversé, et ils prirent la décision de faire la paix. Ils ramenèrent le sommer dans la voie lactée. Les édredons s'étalaient avec les taies d'oreillers. Tout le monde retrouva la sérénité et la volupté!
Henriette

feathers_1

"Il était environ minuit quand un sommier s'est engagé en sens inverse sur la voie lactée. Une famille d'édredons, de retour de voyage dans l'espace y aurait laissé des plumes. Selon notre reporter l'ami Pierrot, c'est un nuage d'oreillers dansant au clair de lune qui aurait perturbé son attention, à moins que ce ne soit la lumière d'une étoile filante qui l'ait ébloui. Toujours est-il que nous recherchons toujours cette dernière. En tout cas, cela aurait bien pu être pire, si la chute d’édredon n'avait été ralentie par un matelas de nuages aussi doux que la soie. Après le passage des anges gardiens qui ont recousu les quelques déchirures de fil d or, tout le monde a pu rentrer chez eux finir leur rêves dans les draps de satin."
Câline

Motivation: Continuer le texte suivant
"Il était environ minuit quand un sommier s'est engagé en sens inverse sur la voie lactée. Une famille d'édredons, de retour de voyage dans l'espace y aurait laissé des plumes. Selon..."

Posté par lesplumesdeshaut à 16:42 - Permalien [#]


Inventaire des inventions

Indice-du-bonheur

Je ne voudrais pas mourir avant qu'on ait inventé
Le moulin à faire taire les gens
A la connaissance instantanée
Aux neurones qui soignent
A la pilule qui nourrit fait sourire et chanter
Au trait de génie qui envoie dans la lune
Au tour du monde en 3mn
A la machine à purifier l'air
A l'air de la montagne à la campagne
A l'air de la mer à la montagne
Aux sourires qui régénèrent.
Christiane

Je ne voudrais pas mourir avant qu'on ait inventé :
- le fil qui mousse et la table qui tousse, la sarriette à fuseau et le drapeau à barrette.
- je voudrais voir une ampoule à éclairer les obscurantistes et une planche à aplatir les idées trop aiguës s'associer à la gomme pour effacer les doutes et la règle à souligner les erreurs.
Je ne voudrais pas mourir sans qu'on ait inventé les oreillettes philosophiques et le micro qui rend intelligent, le livre qui se lit tout seul et le disque qui fait danser le monde entier, la caméra qui cache les défauts et le film qui montre tout.
Je ne voudrais pas mourir sans qu'on ait inventé l'amour qui emplit les cœurs et vide le cerveau de toutes ses humeurs.
En fait, je ne voudrais pas mourir mais je sais que quand je mourirrai tout ceci et tout cela ne sera pas mais c'est pas grave car j'aurai déjà mouru.
Fabienne

Motivation: Faire un inventaire des inventions que nous aimerions découvrir avant de mourir.

Posté par lesplumesdeshaut à 16:27 - Permalien [#]

Idiotisme vestimentaire

vetementsLa première manche de  sa campagne était terminée, il l'avait menée d'une main de fer dans un gant de velours mais il avait pris une veste pourtant il n'avait pas baissé son pantalon mais maintenant il allait retourner sa veste et ses citoyens allaient devoir se serrer la ceinture. Chapeau bas Monsieur, continuez et nous vous suivrons.
Christiane

Marcel avait l'air de quelqu'un qui travaille du chapeau, et souvent le matin, il était à côte de ses pompes. Il faut dire qu'il en bavait des ronds de chapeaux. Son fils avait les deux pieds dans le même sabot, il fallait souvent qu'il lui remonte les bretelles. Du coup, il en avait plein les bottes. Son fils était toujours dans le jupons de sa mère. Il était cul et chemise avec son copain louche du bout du village. Enfin, lui, il avait l'air à l'aise dans ses baskets d'avoir quelqu'un à sa botte. Un jour, Marcel décida de mettre tout ça dans sa poche et son mouchoir par dessus. Il fit son baluchon, prit ses chaussures à son coup et disparu.
Câline

Motivation: Ecrire un texte en utilisant des expressions en lien avec les vêtements et l'habiilement.

Posté par lesplumesdeshaut à 15:43 - Permalien [#]

29 novembre 2015

A la Prévert - Cortège

Un général du bâtiment, un ouvrier à la retraite
Un bateau en guerre, un soldat en mer.
Une épouse trompée, un mari soumis.
Une fille raciste, un père dévergondé.
Un tableau rouge, un ciel noir.
Une ville barrée, une rue assiégée.
Un match parmentier, un hachis franco-allemand.
Un tireur sur le qui vive, un policier kamikaze.
Un dessinateur syrien, un terroriste de bd.
Un journaliste oublié, un citoyen averti
Un président en paix, un élève en guerre.
Une bougie déposée, une fleur allumée.
Geneviève

Un café de mariée et une robe de lait
Une chaussure de parfum avec un flacon à talon
Un parc d'eau et une fontaine fleurie
Un homme fané et une fleur à chapeau
Un poulet manchot et un bandit basquaise
Un thé râpé et une carotte à la menthe
Une cerise dans le plat et un pied sur le gâteau
Un mec en cuir et une valise de quartier
Un feu éperdu et un amour de cheminé
Un vélo de ferme avec un cochon de course
Câline

Motivation: Ecrire un texte, à la manière de "Cortège" de Jacques Prévert, en inversant les groupes nominaux
"Un vieillard en or avec une montre en deuil
Une reine de peine avec un homme d'Angleterre
Et des travailleurs de la paix avec des gardiens de la mer
Un hussard de la farce avec un dindon de la mort
Un serpent à café avec un moulin à lunettes
..."

Posté par lesplumesdeshaut à 14:32 - Permalien [#]

Bouteille à la mer

20100530103450_bouteille_a_la_mer_2_copieDepuis que mon bateau dérive j'espère croiser un sauveteur mais l'horizon est plein de vagues et vide de tout navire, en désespoir de cause j'espère que ce message portera ma voix. Aujourd' hui 9 novembre 2015 ma position est N 35 70  S 28 42 mais les courants m' entrainent là où ils veulent. J' ai encore des réserves pour à peu près une semaine. Heureusement le vent a faibli, le soleil et les dauphins sont avec moi, je garde le moral, je fais mon tai-chi sur le pont deux fois par jour, ma radio s'est éteinte hier, de toute façon personne n' a répondu à mes appels de détresse. Mon compte à rebours s'amenuise.
MAEVA, pacifique sud
Genevieve

 

ob_b18139_une-bouteille-a-la-mer-un-appel-de-dRouen, le 10 Novembre 2015
Temps très clément, ensoleillé, températures douces pour cette saison. Difficile de penser à préparer Noël. Ce beau temps m'invite plutôt à repartir en vacances.....Si vous trouvez ce message, j'aimerais bien vous rejoindre ; la destination m'importe peu, soit, sur une île lointaine ou sur la côte normande, pourquoi pas.
tritouf@3619
Denise

Motivation: Vous jetez une bouteille à la mer ! Ecrivez un texte que vous glisserez dans une bouteille soigneusement fermée, et hop, à la mer ou dans l'océan ! Bien sûr, vous n'avez aucune idée du destinataire, ni où, ni quand, ni même si elle arrivera quelque part...

Posté par lesplumesdeshaut à 14:31 - Permalien [#]


19 novembre 2015

Les prix litéraires

Jlivreshutterstock-tt-width-604-height-410-lazyload-0-crop-0-bgcolor-000000e vous raconte une histoire vraie, celle de mon amour Bérénice qui m'a fait perdre la boussole, pour moi c'était prépondérant la couleur de mes sentiments étaient rose, mais maintenant je vois noir encore encore, je crois que c'est imposible et dès que je la rencontre je me cache et me dis sauve qui peut.
Christiane

L'eusses-tu cru, mon ami Pierrot, toi qui, comme l'a peint Corot, fus fidèle à la belle Adèle et en vers mis celle qui fût mon unique amour mais me fit perdre la boussole pour une histoire de lavabo. Cette histoire vraie, Bérénice peut vous la conter car ma honte ne trouve aucune cache pour encore me réfugier. La couleur de mes sentiments vire au rouge diffamant et il m'est impossible de narrer cette farce sans avoir envie de me terrer sous 10 000 m3 de sable mouillé. Seul un sauve-qui-peut général pourrait m'aider à redresser la tête et faire face à une telle absurdité, si seulement ce satané sentiment de culpabilité n'était pas prépondérant sur mon envie de réparer. La seule chose que je puisse encore vous affirmer, c'est que je ne suis pas plombier...
Fabienne

Motivation:
Ecrire un texte en utilisant les mots suivants, issus des titres des prix litéraires 2O15: amour - boussole - histoire vraie - Bérénice - cache - couleur - impossible - sauce qui peut - prépondérant

Posté par lesplumesdeshaut à 11:25 - Permalien [#]

Haiku

actu-12102015id3511

Feuillage pourpre
Feuillage d'or et d'ambre
Journée d'automne.

Brouillard du matin,
pluie tumultueuse du soir
attente en vain

Marie-Claire

Tapis de feuilles
Jolies couleurs d'automne
Prends donc ton envol.
Denise

Tu t'en vas déjà
Magnifique automne
Très très loin de moi.

Annick

Toi belle feuille
Ton bel envol programmé
Ta couleur dorée.

Christiane


Nuages rouges
Rosiers éclatants
Retour vers mon beau pays.

Rayons de soleil
Des arbres en feu
Tapis de feuilles mortes.

Poëlée de marrons,
Dindon au potimarron,
Vin chaud, macarons.

Matins frisquets,
Echarpes, gants et bonnet,
Vivement l'été

Fabienne

Motivation: Ecrire un ou plusieurs haikus sur le théme de l'automne. 
Un haiku est une forme japonaise de poésie permettant d'exprimer des émotions, le moment qui passe et qui émerveille ou qui étonne.
Un haiku est composé de 17 syllabes en 3 vers (5-7-5).

Posté par lesplumesdeshaut à 11:13 - Permalien [#]

Mots imposés

PN041015Dans le labyrinthe vagabond de mon esprit j'ai décidé de me rendre au village Alternatiba, accueillie par la douce chorale des enfants, déguisés en insecte ils avaient sur le front une étiquette proposant de changer ses euros en agnel ainsi je pouvais me rendre à la cantine et m'offrir un gâteau et un café proposés par les producteurs locaux qui sur une musique engageante gesticulaient afin d'attirer le chaland.

Christiane

 

Dans le labyrinthe de mon cœur
I
l y a un vagabond qui gesticule
Au rythme du tic tac de la pendule
coeur
Pour mon plus grand bonheur
A ce moment là dans ma tête
C'est un peu la fête au village
Mon corps oubli son âge
Et tant pis si les gens me collent une étiquette
Mon âme se nourrie de son doux regard
Mon esprit bourdonne comme un insecte

Je deviens un peu une midinette
Oui j'en profite avant qu'il ne soit trop tard
Car un jour il repartira sans chorale
Je donnerais bien tout mes agnels pour qu'il reste
Je ne voudrais pas qu'il me fuit comme la peste
Car je sais que j'aurais mal
Câline

Motivation:
Ecrire un texte en utilisant les mots suivants: villlage - labyrinte - vagabond - agnel - gesticuler - cantine - étiquette - doux/douce - insecte - chorale.

 

Posté par lesplumesdeshaut à 10:55 - Permalien [#]

Tautogramme en M

Moniqubig_222525_4348_M cmyk _Convertito__bige me mine avec ses mimiques.
Mercredi matin, Madeleine et moi même mettrons momentanément mémé à Menilmontant pendant le mois de mars. Méfiez vous de médor qui peut mordre mendiants, mauviettes, mégères, mythomanes et misanthropes jusqu'à la mort ! Mais motus !
Mignonne midinette cherche ménage dans maisonnette chez monsieur méritant (malveillance, médisance s'abstenir).

 

Marie-claire

Posté par lesplumesdeshaut à 10:53 - Permalien [#]

19 mai 2015

Humeur d'écriture

ecrire2Ce matin, j'ai l'écriture râleuse.
Et pourquoi d'abord, c'est toujours moi qui fais le café? Et pourquoi d'abord c'est toujours moi qui donne à manger aux chats ? Et quand est-ce qu'ils font finir ces satanés travaux ? Et pourquoi il ne fait pas beau quand on ne travaille pas ?
Y en a marre. C'en est assez. Stop. Et m.... !!!

Ce matin, j'ai l'écriture curieuse.
Et pourquoi ceci ? Et pourquoi cela ? Et comment cela se fait-il que... ? Et qui ça ? Et quoi donc ? 
Et vous va-t-on mon pôv' Monsieur ?
Vous m'en direz tant ma brave dame !!!

Ce matin, j'ai l'écriture studieuse.
Un café. Un ordi. Un stylo. Un cahier.
C'est parti pour apprendre. Oui, mais quoi ?
L'histoire de Henri IV à Charles Quint ?
La géographie de l'Inde à l'Indus ?
Le français, l'anglais, l'espagnol, le russe ou l'italien ?
La littérature comparée ?
En tout cas, ce ne sera ni les maths, ni la physique, ni la chimie.
Bon, je commence par le café....

Ce matin, j'ai l'écriture rieuse.
Elle se tord dans tous les sens. Elle est pliée en quatre.Elle se tape sur le bidon. Elle s'en paye une tranche. Elle est cocasse, burlesque, désopilante. Bref, elle ne se tient plus. Mon stylo en bave. Il se poêle. Il se fend la bille.

Ce matin, mon écriture est mielleuse.
Que vous êtes beau Que vous me semblez vif. Sans mentir, si votre parfum se mêle aux effluves de votre sillage, vous êtes le phoenix des habitants de cette maison.Sans mentir.
T'as pas cent balles ?

Ce matin, j'ai l'écriture chômeuse...
Fabienne

 

ecrireCe matin, j'ai l'écriture râleuse... perte d'imagination, idées confuses ponctuées de grands soupirs et grognements...
Ce matin, j'ai l'écriture curieuse, j'emploie toujours les adverbes quand, comment, pourquoi, où, etc.
Ce matin, j'ai l'écriture studieuse, je manipule de grands mots tels que anticonstitutionnellement.
Ce matin, j'ai l'écriture rieuse,mes phrases chantent, dansent, rigolent, font la farandole.
Ce matin, j'ai l'écriture mielleuse, je passe de la pommade dans la lettre adressée à mon percepteur des impôts.
Ce matin, j'ai l'écriture chômeuse, c'est jour férié pour virgules, accents graves, aigus, circonflexes et pour toute la myriade de points.
Marie-Claire

Motivation : Compléter le texte
Ce matin, j'ai l'écriture râleuse…
Ce matin, j'ai l'écriture curieuse…
Ce matin, j'ai l'écriture studieuse…
Ce matin, j'ai l'écriture rieuse…
Ce matin, j'ai l'écriture mielleuse…
Ce matin, j'ai l'écriture chômeuse…

Posté par lesplumesdeshaut à 21:23 - Permalien [#]