101411457_o"Mesdames et Messieurs les jurés, Madame le président, nul, plus que moi, n'est attaché à la culture, la connaissance et la liberté d'esprit. Nul, moins que moi, ne désire une libération des mots, des expressions et idées toutes faites. Mais, reconaissons-le tous : en cette période où l'état d'urgence est de mise, où l'état de droit est démis et où les tas de boue s'accumulent sur nos berges comme dans la tête de certains de nos concitoyens ( en un mot, je le précise), comment ne pas être effrayé, que dis-je, terrorisé par certains rassemblements qui, avouons-le, pourraient nuire à l'endormissement, déjà bien avancé, de notre nation ? Comment accepter que quelques personnes se retrouvent autour d'une table pour allonger des phrases, qui dans des cahiers, qui sur des feuilles libres.
Libres, j'ai dit le mot " libres". Cette liberté de jouer avec les mots, les phrases et les idées n'est-elle pas dangereuse en cette période de révolte, de grève et de mouvements sociaux. Nos forces de l'ordre sont déjà bien occupées à taper sur les manifestants, les grévistes et les zadistes. Ne leur ajoutons pas les révoltés de la plume, les excités de la paraphrase, les intégristes de l'acrostiche.
Et que dire de leur gourou qui, à chaque séance, leur propose des thèmes, leur suggère des sujets, leur sert des motivations !!
Motivés, motivés, il faut rester motivés. N'est-ce pas un slogan néo-révolutionnaire ?
Madame le Président, je vous en conjure, cet atelier d'écriture doit cesser ou nous aurons des citoyennes plus libres, plus motivées, plus citoyennes donc, qui viendront grandir les rangs de cette révolte qui gronde mais que nous nous arrivons quand même à baillonner à grands coups de polémiques dans les média, de non-information dans les journaux et de mésinformation à la télé. "

Fabienne

 

 

 

 

avocat_usa_immigration_2009_m

Réquisitoire

Monsieur le président,

Tout d'abord , je voudrais faire remarquer que le lieu où se déroule cette activité est tout à fait inadapté et peu propice à des séances d'écriture.Je déplore ça et là la vue d'une affiche vantant la viande bovine (!),plus loin une cafetière désuète , et j'en passe....En outre, certaine dame est parfois sujette,dès l'entrée en ce lieu, à une forte allergie, l'obligeant à regagner son domicile. D'autres se trouvent fort incommodées par des chaises absolument inconfortables. De plus, dans cet atelier,les participantes forment ,en mon sens un groupe trop hétérogène qui donne lieu à des écrits parfois douteux voire à tendance érotique!d'autres usent d'une plume tellement virulente qu'elle en devient agressive,d'autres encore pratiquent la dérision à outrance. Bref, dans cet atelier tout est permis ! Une vraie débauche ! je vous le dis, Monsieur le Président !
Il est vrai que la responsable qui dirige cet atelier n'a pas toujours toutes ses facultés pour maîtriser ce genre de débordement ...
Je m'en explique, Monsieur le Président. c'est une jeune femme qui arrive ou du moins essaie d'arriver tous les lundi à 14 heures, semblant tout juste émerger" des bras de Morphée "(j'emploie à dessein cette expression pour ne citer personne!)après des week ends parisiens fort mouvementés, et je vous en passe! ! .....Monsieur le président, mais où va t'on ? ? je vous le demande!
Vu les éléments précités et attendu qu ils sont inacceptables, je demande la suspension provisoire de l'atelier d'écriture.

 

Plaidoirie

Monsieur le président,

A mon tour, je vous ferai remarquer que nonobstant un mobilier un peu vétuste,de très jolis tableaux ornent les murs représentant une flore éblouissante!
Par ailleurs ,sauf votre honneur ,Monsieur le président, ce n'est pas une seule personne allergique qui pourra détruire la cohésion d'un tel groupe uni dans l'écriture. Quant au sujet concernant les chaises, je puis vous dire d'ores et déjà que le budget a voté pour l 'acquisition de coussins de haute qualité.
D'autre part, l'hétérogénéité est dans le cas présent un très bel atout pour l'atelier d'écriture. En effet,quoi de plus beau, Monsieur le Président que ce métissage d'écrits,de styles ,de pensées .....un vrai bouillon de culture! !
En ce qui concerne l 'animatrice, je vous prierai de respecter vos propos car je sais de source sûre que cette dernière sait fort bien conjuguer des week-end de plaisir et de culture dont elle fait profiter(sauf votre respect,monsieur le président, je parle de la culture évidemment) l'atelier d'écriture.
Enfin, je vous défie, Monsieur le président,de me donner sans erreur la signification des mots suivants:anadiplose, palindrome, prosopopée, zeugme, tautograme... tous ces mots faisant partie pour ces dames d'un vocabulaire usuel...
Attendu que les éléments précités n'engagent aucune nuisance, je demande le maintien de l'atelier.

Marie-Claire

mots

Femme vous me dites être contre:
A aimer les lettres
T tenir un stylo
E écrire
L lire
I immaginer
E avoir de l'esprit
R raconter

Je n'accuse pas, je suis pour l'atelier d'écriture qui essaie de m'élever, de mettre en marche mes neurones , de tout connecter pour que cela soit cohérent avec si possible un peu d'humour ou pour d'autres un appel aux sentiments, mais en dehors de tout ça c'est quand même un parallèle avec l'actualité littéraire, ou sur l'évolution de notre belle langue et, seule il est bien certain que j'aurai suivi tout ça de loin sans réellemnt m'y interesser. Vive l'atelier d'écriture!

Christiane

 

 

freedom-813099_960_720Réquisitoire :
Madame, la Présidente, Mesdames et Messieurs les jurés,
Qui a eu cette idée folle d’avoir autorisé cet atelier d’écriture, je dirai plus, cet atelier de débauche.
Vous avez autorisé ces femmes, et ces hommes, surtout ces femmes à sortir de chez elles, à se réunir chaque semaine pour échanger leur avis, et même plus à mettre noir sur blanc, leurs idées héréiques. A voir, qu’il y a, ailleurs, autre chose que la cuisine et le ménage, et même, réfléchir à leur avenir. Elles quittent, une fois la semaine, leur mari, leurs enfants et leur maison, pour se rencontrer, discuter et réfléchir. J’ordonne donc la fermeture de cet atelier.

Plaidoirie:
Madame la Présidente, Mesdames et Messieurs les jurés,
Quelle bonne idée d’avoir autorisé l’ouverture de cet atelier. Cela permet à ces personnes de sortir de leur maison, de voir du monde, de pouvoir s’exprimer et d’aiguiser leur imaginaire. C’est un lieu convivial autour d’un café et d’un gâteau. On apprend, mais oui on apprend, il n’y a pas d’âge à apprendre à manier la belle langue de Molière.

Arlette

 

Motivation: Ecrire un texte réquisitoire et/ou plaidoyer sur l'atelier d'écriture.